Je vous avais promis un second volet sur un des bâtiments emblématiques de Strasbourg : l'aubette.

Si vous avez râté l'épisode 1, CLIC   ici    CLIC

 

Nous sommes au premier étage.

 

Le ciné-dancing ou ciné-bal a été classé le 30 novembre 1989 aux Monuments Historiques.

Le décor avant-gardiste de Théo van Doesburg, date de 1927/28.

On venait y danser, assister à des concerts, visionner les actualités.

Mais les Strasbourgeois ont du mal à se faire à ce décor de carrés, rectangles et triangles colorés et dès les premières années d'ouverture, ces décors d'un genre nouveau seront recouverts et dégradés jusqu'en 1938.

 

Ce n’est qu’en 1989/94 que les lieux reprendront leur décoration de 1928.

 

DSC_2879

 

 

Les locaux servent aussi d'écrin à des expositions temporaires comme celle-ci, "Le siège de l'air"

 

DSC_2880

 Gruppo 14 Foccio 1970

 

DSC_2882

 

 

L’expérimentation de nouveaux matériaux et de formes inhabituelles, permet d’interroger la signification de l’objet et sa capacité expressive.

 

DSC_2881

 

 

réfrigérateur peint de Bertrand Lavier

 

DSC_2884

 

 

On aime ou on n'aime pas mais ces décors des années folles ne laissent pas indifférents.

Pour les Strasbourgeois, l'exposition est visible jusqu'au 6 octobre, tous les mercredis, jeudis, vendredis et samedis de 14h00 à 18h00.

Entrée gratuite.

Cela vous permettra de voir en même temps les trois salles historiques.

 

Je vous retrouve demain. Nous poursuivrons notre découverte de Saverne.

D'ici là, portez-vous bien.

Grosses bises.

 

LAVANDINE