C’est à l’occasion de l’exposition «  Industrie magnifique » au mois de mai que j’ai redécouvert ou plutôt découvert les intérieurs de l’Aubette, bâtiment emblématique de Strasbourg.

 

strasburg-129-bb

 

https://structurae.info/ouvrages/l-aubette

 

Je connais de toujours ce bâtiment qui ferme un côté de la place Kléber et il m’a toujours fascinée. 

 

Je n’avais eu la possibilité d’y pénétrer qu’une seule fois en 1982/83 pour un salon du tourisme organisé dans les salons " Ricard ".

D’ailleurs, c’est cette fois-là que nous avons gagné une location de 8 jours à Tignes.

 

anim-de-la-chance

 

 

Cette nouvelle visite m’a permis de bien regarder les lieux qui ont repris leur allure de 1928.

 

 DSC_2838

 

Plafond néogothique à structure métallique

 

L’histoire de l’aubette commence en 1765 lorsqu’il est demandé à l’architecte Jean-François Blondel « d’habiller » les 4 côtés de la place Kléber. Mais faute de ressources suffisantes, les travaux se limitent à la construction d’un seul bâtiment qui devient à la fin des travaux un bâtiment militaire accueillant un corps de garde, des logements et la chambre de la maréchaussée. Dès la fin du XVIIIème siècle, ce lieu prend le nom d’aubette car la relève de la garde s’effectuait chaque jour à l’aube.

 

DSC_2874

 

Au XIXème siècle, on crée dans la partie centrale au 1er étage un café-concert puis en 1868, le musée municipal de la peinture et de la sculpture.

 

Après le bombardement de 1870, du bâtiment de Jean François Blondel, il ne reste que la façade principale.

 

A la reconstruction, le bâtiment est surélevé d'un toit avec l’ajout d'une balustrade, d’œils de boeuf et des combles brisés.

 

L'orchestre municipal occupe les lieux entre 1877 et 1898 et certains éléments du décor le confirment.

 

DSC_2875

 

 

La salle des fêtes est décorée uniquement de lignes verticales et horizontales créant des carrés et des rectangles. La gamme chromatique est faite de couleurs élémentaires, chères à l'esthétique néoplastique. Deux nuances d'une même couleur sont juxtaposées de manière à créer une dissonance. 

DSC_2883

 

 

L'escalier se situe dans une cage rectangulaire et se compose de trois volets et de deux paliers.

Le décor peint est attribué à Sophie Taeuber-Arp et à Hans Arp. Les longues bandes verticales de couleur grise et bleue s'opposent aux lignes brisées de l'escalier et accentuent le mouvement ascendant.

 

DSC_2887

 

 

La prochaine fois, nous remonterons cet escalier pour regarder ce qu'il y a encore au 1er étage.

Mais d'ici-là, nous parlerons d'autre chose !

Je vous souhaite une belle journée estivale et vous donne rendez-vous demain, aux aurores pour les lève-tôt ou plus tard pour ceux qui aiment bien leur lit ..

Enfin vous faites comme vous voulez /pouvez, comme vous le sentez !

 

Bises

 

LAVANDINE