LL 

livreouvert

 

Je n’ai jamais aimé ne pas finir un livre…

A partir du moment où j’en commence la lecture, je fais un effort pour le lire jusqu’à la fin.

La lecture de celui-ci a été plus que laborieuse. Cela faisait quelques années que Miss N° 2 me l’avait déposé à la maison et je me suis dit qu’il allait m’occuper quelque temps durant les vacances…

Je ne croyais pas si bien dire ….

Toutes les excuses ont été bonnes pour traîner ….

Trop chaud, trop lourd, pas le temps, trop fatiguée …. Des excuses qui ne tiennent pas ….

Il m’a fallu quand même une centaine de pages avant de trouver l’histoire intéressante et digérer le style de Fiona Capp, écrivain et journaliste australienne. Je me suis laissée prendre progressivement au charme de l’artiste hors-la-loi, à petites touches, comme les coups de pinceau d’Emma qui peint le bush australien. La méfiance, l’incompréhension, la non-reconnaissance de ses contemporains mais aussi son besoin de liberté bravant toutes les convenances la font ressembler aux peintres impressionnistes qu’elle admire tant.

 

9 10 12a